print preview

Journée des apprentis du DDPS : allocution de bienvenue du directeur de l’OFPP

BB_VBSLernende

Quelque 200 apprentis du DDPS étaient invités le 4 septembre dernier à la traditionnelle journée qui leur est consacrée. Benno Bühlmann, directeur de l’OFPP, a prononcé l’allocution de bienvenue.

 

Le discours prononcé fait foi

Chères / chers apprenti-e-s du DDPS

« Ne te laisse pas abattre, sois insolent, turbulent et admirable », dit Astrid Lindgren dans son livre « Fifi Brindacier ». Cette posture avait cours au siècle passé, quand j’allais moi-même à l’école. On appelait cela le privilège de la jeunesse.

C’est avec un grand plaisir que je vous souhaite la bienvenue à la journée d’introduction à l’intention des apprenti-e-s du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS). Vous embarquez aujourd'hui pour un voyage multiculturel. Je m'adresse à 140 germanophones, 35 francophones et 20 italophones, une situation inédite. J'ai préparé mon exposé, d'une vingtaine de minutes, en allemand. Vous avez commencé des formations dans 40 professions différentes et travaillez sur 79 sites. Une situation unique.

La devise de Fifi Brindacier, « Quand on est jeune, on a le droit d’être turbulent, de faire des fautes, on doit se défouler », nous a accompagnés dans notre adolescence, mes amis et moi. Nous nous sentions protégés, nous pouvions faire nos expériences, nos découvertes, nous étions turbulents et aussi un peu insolents. Alors, nous nous préoccupions peu de la protection de l’environnement et des problèmes sociaux. Et je me suis demandé : cette attitude a-t-elle encore cours aujourd’hui, pour vous par exemple, chères / chers apprenti-e-s, qui vivez au 21e siècle ?

Pour trouver des réponses à cette question, j’ai consulté le Baromètre de la jeunesse 2018 du Credit Suisse. C’est un instrument qui permet de prendre le pouls des jeunes d’aujourd’hui au moyen de sondages représentatifs dont les résultats sont ensuite évalués.

Le Baromètre de la jeunesse donne une image assez complète de la manière dont les jeunes appréhendent le monde actuel. S’ils sont plus informés et plus conscients que les générations précédentes, ils apparaissent aussi soucieux et portent un poids très lourd sur leurs épaules. De grands défis se dressent sur leur chemin :

  • Prenons la révolution technologique, qui n’ira pas sans une diminution des emplois. Beaucoup de jeunes ne sont plus très sûrs de leur place dans ce nouveau monde. Il est clair que vous ne serez pas au même poste en 2060 qu’en 2030. Cela veut dire que vous n’arrêterez jamais de vous former. Comme l’a dit récemment Elon Musk, un jour ou l’autre, tous les postes de travail seront supprimés.
    Prenons le financement de la prévoyance vieillesse, l’AVS : depuis deux ans, les jeunes considèrent que l’AVS est le plus grave problème en Suisse. Aujourd’hui, les générations les plus anciennes vivent en quelque sorte aux dépens des plus jeunes.
  • Prenons le changement climatique : les jeunes s’inquiètent de voir les adultes consommer de manière excessive des ressources en diminution. Ils exigent que l’on mette un terme au changement climatique. Pour dire cela, ils descendent dans les rues par milliers.


Quand je vous regarde, je n’ai aucune peine à me rendre compte que vous aussi faites partie de cette génération engagée. Ce qui se passe dans ce monde ne vous est pas indifférent. C’est très bien et le fait que des personnes responsables et motivées comme vous viennent faire un apprentissage au DDPS me donne des raisons d’espérer.

Vous avez fait le bon choix. Au DDPS, votre engagement aura du sens, vous pourrez faire bouger les choses, les faire changer. Je vous félicite d’avoir pris cette décision.

Le DDPS n’est pas n’importe lequel département ; il s’occupe de tâches tout à fait essentielles pour notre pays :

  • L’armée…
  • le Service de renseignement de la Confédération…
  • et Armasuisse assurent la sécurité de la Suisse.
  • L’Office fédéral de la protection de la population est, comme son nom l’indique, responsable de la protection de vos familles et de vos ami-e-s.
  • Le DDPS contribue aussi à la santé de la population par la promotion du sport via l’Office fédéral du sport.
  • Mentionnons enfin Swisstopo, l’Office fédéral de topographie, qui édite d’excellentes cartes et des géodonnées que nous utilisons souvent, aussi bien dans nos loisirs que dans notre vie professionnelle.

Le DDPS ne peut pas rester statique. Comme notre monde change rapidement, nous devons nous aussi relever constamment de nouveaux défis. Aidez-nous à procéder aux changements nécessaires.

J’aimerais m’attarder un peu sur l’un d’entre eux. C’est une tendance lourde et vous y avez déjà été confrontés depuis votre enfance : je veux parler de la numérisation de la communication. Quand j’étais en formation, les moyens classiques que nous utilisions pour nous informer et pour échanger étaient le courrier postal, le téléphone, la radio et la télévision. Nous ignorions le fax, les SMS, les mails, l’internet et les ordinateurs. Quelle patience cela demandait ! Aujourd’hui, vous pouvez regarder le monde sur l’écran de votre smartphone et les informations voyagent à la vitesse de la lumière. On est au courant et on sait en général tout de suite ce qu’il faut faire.

Mais la transformation numérique n’est pas sans danger. Dans la vie privée, les réseaux sociaux risquent de vous rendre dépendant. Et il y a le risque que d’autres personnes vous disent comment vous comporter. À ce sujet, je peux seulement vous dire de vous faire vous-même votre propre opinion. Restez authentiques ! Et au bureau, on est joignable à tout moment, on doit réagir au quart de tour. Regardez les flux de données qui nous parviennent : il n’est pas toujours facile de garder une vue d’ensemble.

Pour que la communication numérique fonctionne aussi en cas de catastrophe ou de situation d’urgence, il faut une alimentation électrique stable, des réseaux et des antennes, des smartphones et des appareils radio, et enfin des systèmes de cybersécurité qui protègent le tout. C’est pourquoi la Confédération, et le DDPS en particulier, s’est engagée dans le développement de réseaux numériques sûrs. C’est justement cette semaine que le Parlement a préparé le terrain pour la système d’échange de données sécurisé (SEDS). Ce système doit permettre à tout moment la communication entre la Confédération et les cantons en cas de catastrophe ou de situation d’urgence, en garantissant son alimentation électrique. Ce projet nous permettra de fournir l’infrastructure de communication nécessaire à l’OFPP pour l’État-major Protection de la population, la Centrale nationale d'alarme, les états-majors de conduite cantonaux et aussi pour ce que l’on appelle les infrastructures critiques, comme les CFF, les distributeurs d’électricité ou encore les entreprises de logistique.

Qu’est-ce que le DDPS a à vous offrir ? Des défis, des tâches passionnantes, des collaborations multiples : en résumé, une formation très diversifiée. Nous ne transmettons pas seulement des savoirs, vous acquerrez aussi les compétences nécessaires pour aborder les problèmes et les résoudre. Après votre apprentissage, vous serez peut-être responsables de la sécurité de notre pays, de la protection de la population ou alors vous accomplirez d’autres tâches. Montrez-nous comment vous allez vous y prendre. Nous autres, les anciennes générations, aimerions apprendre de vous.

J’espère que votre formation vous apportera beaucoup de satisfaction, vous donnera l’occasion de rencontrer des collègues et des ami-e-s et vous permettra de contribuer à l’avenir de notre pays. Au DDPS, vous vous engagez pour une Suisse sûre et où il fait bon vivre. Je vous souhaite plein succès dans votre travail.

Qu’attendons-nous encore de vous ? J’en reviens à Fifi Brindacier : vous avez le droit d’être un peu turbulents, de faire des erreurs, d’innover. C’est ainsi que vous ferez vos expériences personnelles et c’est par vos erreurs que vous apprendrez. Ici, vous pourrez donner un visage aux soucis de la jeunesse actuelle, un visage avec un air décidé à changer les choses. Je compte donc sur vous, sur votre curiosité, sur vos idées neuves et rafraîchissantes, sur votre courage et votre engagement.

Je vous souhaite une belle période d’apprentissage au DDPS. Merci !