print preview

Dangers pour la Suisse

En cas de danger concret lié à la guerre en Ukraine pour la population de la Suisse, les autorités diffuseront des consignes de comportement par radio et via Alertswiss

Situation radiologique

La Centrale nationale d'alarme (CENAL) suit de près l’évolution de la situation en Ukraine et est en contact permanent avec l’AIEA. 

  • Ancienne centrale nucléaire de Tchernobyl
    Selon les données de l'AIEA, une ligne de haute tension 750 kV est tombée en panne le 9 mars 2022. En conséquence, tous les équipements de la centrale ont été mis hors tension. Des générateurs diesel de secours ont été activés afin d'alimenter les systèmes de sécurité du site. Selon l'AIEA, une déconnexion du réseau n'a pas d'effet critique sur les fonctions essentielles de sécurité du site, qui abrite différentes installations d’élimination des déchets radioactifs, car le volume d'eau de refroidissement dans la piscine des combustibles usés est suffisant pour maintenir l'évacuation de la chaleur sans apport d'électricité. Le 13 mars 2022, les autorités ukrainiennes ont informé l’AIEA du fait qu’une équipe de spécialistes ukrainiens est parvenue à réparer une ligne indispensable à la reprise de l’approvisionnement électrique externe. Les autorités ukrainiennes ont informé l’AIEA le 20 mars 2022 que la rotation du personnel sur place a commencé. Au sujet des incendies de forêt à proximité du site de Tchernobyl, l’AIEA est en contact avec les autorités ukrainiennes. Les sapeurs-pompiers locaux sont déjà parvenus à éteindre certains foyers. La situation à l’intérieur de la zone interdite de la centrale de Tchernobyl fait l’objet d’une surveillance étroite.
  • Centrale nucléaire de Zaporijjia
    Dans la nuit du 3 au 4 mars 2022, la centrale nucléaire de Zaporijjia, dans le sud de l’Ukraine, a été touchée par des tirs d’artillerie qui ont provoqué un incendie sur le site. L’incendie a été maîtrisé. La sécurité de l’installation n'a pas été affectée.

Information, alerte et alarme

En cas de danger réel, les autorités alertent la population au moyen des sirènes et diffusent des consignes de comportement à la radio et sur Alertswiss. L’OFPP recommande d'installer l'application Alertswiss sur son smartphone.

Abris

Sur l’ensemble du territoire suisse, quelque 365 000 abris privés et publics offrent environ 9 millions de places protégées à la population, ce qui correspond à un taux de couverture de plus de 100 %.

Au quotidien, les abris sont principalement utilisés à d'autres fins, par exemple comme caves, entrepôts ou locaux associatifs. En cas de besoin, ils peuvent être aménagés en peu de temps pour protéger la population. Les abris ne sont cependant préparés en vue de leur occupation (rangement, aménagement) que sur ordre des autorités. Ils sont conçus de manière à permettre des séjours plus ou moins longs (de quelques heures à plusieurs jours).

La situation actuelle ne rend pas nécessaire une préparation du séjour dans les abris. Les cantons sont chargés d’effectuer et de mettre à jour la planification de l’attribution des places protégées dans les abris. Cette planification ne sera publiée que si la situation en matière de sécurité l’exige.

  • Vous trouverez ici des réponses aux questions fréquemment posées sur les abris en Suisse.

Comprimés d'iode

La prise de comprimés d’iode comme mesure de protection pour la population suisse est avant tout prévue en cas d’accident dans une centrale nucléaire suisse ou dans un pays voisin, lorsque de l'iode radioactif s'en échappe. Ils empêchent l’iode radioactif de s’accumuler dans la glande thyroïde et de provoquer un cancer de la thyroïde. Les comprimés d’iode ne protègent pas contre tous les éléments radioactifs, mais uniquement contre les effets nocifs de l’iode radioactif sur la glande thyroïde.

Les autorités en distribuent à titre préventif à toutes les personnes qui séjournent régulièrement dans les communes situées dans un rayon de 50 km autour d’une centrale nucléaire suisse. Dans ces communes, les pharmacies et les drogueries disposent également de stocks de comprimés d’iode qui peuvent être achetés au prix de 5 francs en cas de perte. Pour les zones situées à plus de 50 km d’une centrale nucléaire suisse, les cantons stockent des comprimés d'iode afin de pouvoir en fournir à toute la population en cas d’événement. Actuellement, les personnes séjournant dans ces zones ne sont pas tenues de stocker des comprimés d’iode.

Au vu de la situation actuelle, il n’est pas nécessaire de prendre des comprimés d’iode. Étant donnée la distance entre la Suisse et l’Ukraine, il est tout à fait improbable que la prise de comprimés d’iode s’avère nécessaire en Suisse.


Office fédéral de la protection de la population OFPP Guisanplatz 1B
CH-3003 Berne

E-Mail

Office fédéral de la protection de la population OFPP

Guisanplatz 1B
CH-3003 Berne