print preview Retour Actualité

Protection civile du Tessin : les « tute arancioni » engagées depuis deux mois dans une opération de grande envergure

Aucun canton n’a été plus durement touché par le coronavirus que le Tessin. La protection civile y est aussi en première ligne pour gérer cette crise.

04.05.2020 | Communication OFPP

La gestion du numéro d’appel d’urgence 144 est une tâche éprouvante sur le plan psychologique (Photo : protection civile du Tessin).

On les appelle les « tute arancioni », les combinaisons orange. Derrière ce surnom se cachent les membres de la protection civile qui appuient depuis bientôt deux mois la santé publique, l’état-major cantonal de conduite et les organes des autorités tessinoises responsables de la gestion des événements en assumant des fonctions diverses. Six cents membres PCi ont déjà été déployés au cours du premier mois de la pandémie. Les effectifs les plus importants ont été affectés au renfort des institutions de la santé publique et à la gestion du numéro d’appel d’urgence cantonal 144 fortement sollicité. Les missions de transport ont représenté un autre secteur d’activité important de la PCi.

Triage des patients et nettoyage des ambulances

Comme dans d’autres cantons, le soutien des hôpitaux est une des tâches essentielles de la PCi. Les astreints assurent le contrôle des accès aux principaux hôpitaux tessinois et participent au tri des patients dans les services d’urgence. Ils livrent le matériel de protection et contrôlent la température du personnel et des visiteurs à leur entrée. Dans la ville de Lugano, ils préparent en outre les ambulances avant chaque nouvelle intervention. L’équipement manquant est remplacé et les véhicules nettoyés et désinfectés.

Hotline 144 pour la population

La gestion du numéro d’appel d’urgence 144 est une tâche éprouvante sur le plan psychologique. Le Tessin compte davantage de personnes dont l’environnement immédiat est touché par la maladie. Cela vaut aussi pour les astreints eux-mêmes. Le besoin d’obtenir des informations, des consignes de comportement et du soutien y est par conséquent plus marqué qu’ailleurs en Suisse. C’est pour cette raison qu’il s’agit bien souvent de fournir davantage que des réponses et des renseignements. « Beaucoup de gens ont peur, ils veulent être réconfortés et ont tout simplement envie d’être écoutés », explique un membre PCi dans un documentaire de la protection civile de Lugano destiné à informer la population sur ses activités.

Lieux de rencontre et centres de consultation

La protection civile s’est montrée particulièrement efficace pour mettre en place des infrastructures temporaires indispensables dans le contexte actuel. Elle a ainsi installé des centres de test dans le palais des expositions FEVI de Locarno ainsi que dans trois autres lieux du canton. Dans l’EMS de San Carlo, les astreints PCi ont mis en place deux salles équipées de vitres en plexiglas pour permettre aux résidents de recevoir les visites de leurs proches dans le respect des mesures d’hygiène. Des infrastructures identiques seront installées dans d’autres établissements du canton.

Documentario — Locarno — Nel cuore delle operazioni

Communication sur les réseaux sociaux

La protection civile tessinoise se distingue des autres organisations cantonales dans la manière d’utiliser les réseaux sociaux pour communiquer à large échelle sur ses missions et renforcer la confiance de la population dans la gestion des événements. Une série de vidéos publiées sur YouTube présentent le quotidien des membres PCi et mettent en évidence leur motivation. Là aussi, la protection civile tire un avantage de son statut d’organisation de milice : cette présence innovatrice sur les réseaux sociaux est le fruit du travail d’un journaliste qui effectue d’ordinaire ses services dans le domaine de la protection des biens culturels.