print preview Retour Actualité

220 lits en un temps record

Les organisations de protection civile (OPC) régionales de Sursee et Emme ont mis en place un hôpital d’urgence à Nottwil en un temps record. Plusieurs centaines de lits supplémentaires ont ainsi été mis à disposition dans ces locaux temporaires. Les hôpitaux peuvent y envoyer les patients qui ont de bonnes chances de guérison et ainsi s’occuper en priorité des cas plus complexes.

22.04.2020 | Communication OFPP

Entre 60 et 80 membres de la protection civile ont été engagés pendant plusieurs jours pour mettre en place le Medical Center Luzern dans les locaux du Centre suisse des paraplégiques: (Photo: Christian Roos, Service de la protection civile, Canton de Lucerne)

Le 19 mars dernier, les OPC des régions Sursee et Emme ont reçu pour mission du Conseil d’État lucernois de mettre en place un hôpital d’urgence (Medical Center Luzern, MCL) dans une salle de gymnastique et d’autres locaux du Centre suisse des paraplégiques (CSP) à Nottwil. Les 60 à 80 membres de la protection civile engagés quotidiennement ont transformé les locaux existants en un hôpital d’urgence en quelques jours seulement grâce à l’ajout de 220 lits de patients.

Le MCL fait partie des planifications préventives destinées à soulager les hôpitaux en cas d’urgence. Il est possible d’ajouter 300 lits supplémentaires si cela s’avère nécessaire. Ces lits assez simples sont prévus pour des patients qui ont de bonnes chances de se remettre et pour des patients presque guéris, mais qui ne peuvent pas encore rentrer chez eux. Environ 10% des places peuvent être équipées d’un respirateur et utilisées pour des soins intensifs.

Le MCL est prêt

La mise en place de l’hôpital est désormais achevée et la protection civile est prête à administrer les soins nécessaires avec l’aide des soldats sanitaires et sous la direction du personnel soignant du Centre des paraplégiques. En ce moment, le MCL n’est toutefois pas exploité, car les hôpitaux de Suisse centrale disposent de capacités suffisantes pour traiter les patients atteints du coronavirus. Espérons que la situation ne change pas !