print preview Retour Page d'accueil

« La flexibilité a été un élément déterminant tout au long de la mission COVID-19 »

La Centrale nationale d’alarme (CENAL) suit régulièrement l’évolution de la situation ayant trait à la protection de la population en Suisse et à l’étranger. L’événement COVID-19 a débuté à l’étranger. Le 24 janvier 2020, l’État-major fédéral Protection de la population (EMFP) a été associé au suivi de la situation COVID-19 par l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) pour une première conférence des directeurs. La CENAL est officiellement engagée depuis le 13 février 2020 et a depuis lors assumé diverses tâches en soutien à la gestion de la pandémie COVID-19.

03.06.2021 | Communication OFPP

Entretien avec Gerald Scharding, Chef CENAL
et Angela Schwab, responsable d’intervention CENAL

Quel regard portez-vous sur les derniers mois ?

Angela Schwab : L’année passée, qui a été marquée par la mission COVID-19, s’est déroulée de manière contrastée. Au début surtout, la charge de travail était élevée pour tout le monde, car nous devions nous adapter à la nouvelle situation en tant qu’organisation d’urgence. De nouveaux domaines se sont ouverts, entraînant de nouvelles tâches pour la CENAL. Certaines structures et certains processus ont dû être adaptés ou mis en place en conséquence. Aujourd’hui, ces processus et la coopération avec les partenaires concernés sont bien rodés. La CENAL a su évoluer grâce aux nouveaux défis et a saisi cette opportunité pour mettre à l’épreuve les bases conceptuelles.

Gerald Scharding : C’était une période turbulente avec des pressions diverses exercées à différents niveaux. Cependant, je considère personnellement que c’était l’occasion aussi pour la CENAL de relever un nouveau défi et de prouver que la structure de l’organisation était à la hauteur. À mon avis, cette nouvelle situation a permis à la CENAL de progresser de manière significative. Elle a acquis et continuera d’acquérir de nombreuses connaissances nouvelles.

Quelles ont été les premières mesures prises par la CENAL en février 2020 ?

Gerald Scharding : La CENAL a suivi de près la situation à l’étranger depuis décembre 2019 et a établi les premiers contacts avec les organes partenaires. À cette époque, on a réalisé que la Suisse serait également touchée par la pandémie de coronavirus, mais il était encore impossible d’en prévoir l’ampleur. L’EMFP a finalement été convoqué en février 2020.

Angela Schwab : La CENAL a continuellement observé la progression de la pandémie à l’étranger et cherché à obtenir des informations. Une première mesure a donc été d’activer le réseau de partenaires. En tant que responsable d’intervention, j’ai d’abord dû mettre en place les processus de l’état-major, c’est-à-dire établir un rythme pour les rapports, définir et attribuer les tâches et fournir une vue d’ensemble des échéances et des affaires en cours. Il est primordial, au début, de faire le point sur la situation globale et de définir un rythme de conduite afin que les différents groupes spécialisés puissent travailler de manière structurée et efficace et, par la même occasion, d’être capable d’en faire de même.

Gerald Scharding, Chef CENAL, et Angela Schwab, responsable d’intervention CENAL, se préparant pour un rapport de situation en avril 2020. (photo: Alex Kühni, CME)

La dimension de l’événement COVID-19 est inédite. Comment cela a-t-il affecté l’organisation et les tâches de la CENAL ?

Gerald Scharding : L’organisation de la CENAL est conçue pour des événements ponctuels et courts. Dans de tels cas, la CENAL doit agir très vite et peut convoquer l’EM CF CENAL en l’espace de quelques heures. Cela signifie que la CENAL dispose d’un personnel composé de spécialistes bien formés et qualifiés. Dans le cadre de l’événement COVID-19, ces personnes n’ont pu être engagées que ponctuellement et la flexibilité était et reste donc essentielle tout au long de l’intervention. L’affectation des ressources humaines a dû être ajustée à plusieurs re-prises en raison de nouvelles tâches. L’évaluation finale de l’événement COVID-19 montrera si certaines tâches seront éventuellement attribuées à la CENAL de manière permanente.

Angela Schwab : La CENAL est une organisation d’urgence qui peut être engagée rapidement en cas d’événement. Les processus et l’organisation sont également orientés dans ce sens. L’événement actuel, de par sa durée et sa portée, a amélioré la compréhension globale de la maîtrise d’événements.

Quels sont les domaines qui ont été ou sont encore les plus sollicités ?

Angela Schwab : De manière générale, la collaboration au sein des différents organes et groupes de travail est intensive, tout comme leur conduite, dans certains cas. Dans ce contexte, il était important d’assurer la coordination avec les partenaires afin de montrer comment les spécialistes de la CENAL pouvaient être engagés, ou comment et où la CENAL pouvait apporter son soutien.

Gerald Scharding : En fonction de leurs tâches, certaines sections de la CENAL sont plus impliquées que d’autres. Cependant, grâce à la mise en place à la CENAL d’une formation polyvalente, les employés ont pu être engagés de manière flexible dès le début.

Quelles sont les réalisations qui font votre fierté ?

Angela Schwab : Trois éléments me viennent à l’esprit. Le premier, c’est de constater que le soutien apporté par la CENAL dans la gestion de l’événement COVID-19 est apprécié par les partenaires. Le deuxième, c’est de voir que la présentation électronique de la situation (PES) de la CENAL a fait ses preuves en tant que plateforme d’information et qu’elle est également largement utilisée par les partenaires. Le troisième élément qui fait ma fierté concerne notre manière de travailler : en effet, nous avons abordé les nouvelles tâches en faisant preuve de flexibilité et d’efficacité.

Gerald Scharding : Il ne faut pas oublier que la CENAL a déménagé de Zurich à Berne en novembre 2019 et que dès son arrivée, elle était déjà fortement impliquée dans la gestion de l’événement COVID-19. J’ai particulièrement apprécié la souplesse avec laquelle le personnel a réagi à cette situation et la manière dont il a pallié certaines défaillances rencontrées à ce moment-là sur le nouveau site. Je constate également avec satisfaction que la bonne planification du déménagement s’est avérée payante. L’épreuve de vérité est en effet arrivée plus tôt que prévu pour le vérifier.

Merci pour votre participation.

 

Interview : Linda Studer, Communication OFPP

Depuis le début de son engagement dans le cadre de l’événement COVID-19, la CENAL a produit plus de 200 dossiers de la situation et environ 470 cartes de la situation publiés dans la PES. En outre, le Centre d’annonce et de suivi de la situation de la CENAL prépare en permanence les rapports de la situation des organes de conduite et états-majors de crise cantonaux ainsi que des partenaires internationaux, puis elle les publie dans la PES.

À l’intention de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), la CENAL évalue les données sur la mobilité de la population à partir des informations provenant des cantons, de Swisscom, des CFF et de l’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC). En outre, la CENAL résume chaque semaine les informations transmises par les cantons concernant le suivi de l’application des plans de protection dans les différentes entreprises, ainsi que les chiffres concernant les tests répétitifs dans les cantons. Ces évaluations sont régulièrement publiées sous forme condensée sur le site Internet de l’OFSP.

En matière de ressources, la gestion fédérale des ressources (ResMaB) gère la coordination entre les bénéficiaires et les prestataires de services. Plus de 4000 demandes provenant de Suisse et de l’étranger ont été traitées à ce jour.

La Section État-major fédéral assure la conduite d’état-major de l’EMFP et soutient la présidente dans les tâches organisationnelles et administratives.