print preview

Abris

Une place protégée pour chacun

Réalisés dans la perspective d'un conflit armé, les ouvrages de protection peuvent également servir d'hébergement de fortune lors de catastrophes et de situations d'urgence. Le principe de base est le suivant: chaque habitant doit disposer d'une place dans un abri situé à proximité de son domicile.

Construction de nouveaux abris

Dans les communes où il manque des places protégées, les propriétaires ont l'obligation, lors de la construction d'une nouvelle maison d'habitation, de réaliser des abris qu'ils doivent ensuite équiper et entretenir. En principe, on ne construira d'abris que dans des immeubles d'une certaine taille (au moins 38 pièces, ce qui correspond à 25 places protégées). Dans les régions présentant des lacunes, ce sont les communes qui doivent construire, équiper et entretenir des abris publics. En revanche, on peut renoncer à la construction d'abris dans les régions où les besoins sont couverts. Des dérogations sont possibles dans les communes de moins de 1000 habitants. Dans tous les cas, si l'édification d'une maison d'habitation ne s'accompagne pas de la réalisation d'un abri, les propriétaires doivent s'acquitter d'une contribution de remplacement avant le début des travaux.

Compétences et répartition des coûts

Les cantons gèrent la construction des abris et la Confédération édicte les prescriptions ad hoc. Les coûts de réalisation, d'équipement et d'entretien des abris privés sont à la charge des propriétaires, alors que ceux des abris publics sont assumés par les communes. Les abris publics communaux sont financés par les contributions de remplacement, qui servent à la rénovation d’abris privés et aux contrôles périodiques.

Equipement des abris

Les propriétaires doivent équiper leurs abris du matériel nécessaire à un séjour prolongé. L'équipement d'un (nouvel) abri comprend des lits et des toilettes.

Désaffectation d’abris

Les cantons peuvent désaffecter des abris s'ils ne répondent plus aux exigences minimales ou si

  • ils entravent démesurément ou empêchent une transformation dans des immeubles existants;
  • ils se situent dans un secteur très menacé;
  • l’offre en places protégées est suffisante;
  • leur rénovation engendre des coûts exagérés.

FAQ

Le type d’abri le plus connu est l’abri privé aménagé dans la cave d’une maison individuelle ou d’un locatif. Un tel abri offre généralement une place protégée pour 5 à 50 personnes, selon la grandeur de l’immeuble. De nombreuses communes disposent également de grands abris publics (p. ex. situés sous des bâtiments scolaires ou administratifs).

Les cantons veillent à ce que la disponibilité opérationnelle et la maintenance des abris qui répondent aux exigences minimales soient périodiquement vérifiées. Les propriétaires d’immeubles sont tenus de mettre en œuvre les mesures qui leur sont prescrites. Si l’occupation des abris est ordonnée, ils doivent mettre les places excédentaires gratuitement à la disposition de la protection civile. Un abri doit être prêt à être occupé en l’espace de cinq jours. 

L’attribution des abris est communiquée lorsque la situation en matière de politique de sécurité l’exige. Les cantons et les communes sont tenus de gérer la planification d’attribution et de la tenir à jour régulièrement. Pour savoir où se trouve la place protégée qui vous est attribuée, nous vous prions de vous adresser à l’organe responsable de la protection civile dans votre commune ou canton de domicile. 

L’attribution des abris (planification d’attribution) relève de la compétence des cantons. Dans certains cas, cette tâche est déléguée aux communes. En raison des arrivées et des départs, des naissances et des décès, des (nouvelles) places disponibles et d’autres changements, la planification d’attribution est modifiée en continu et ne doit en principe pas être publiée. Il s'agit d’éviter que des planifications obsolètes ne circulent lors d’un événement ou d’une catastrophe, ce qui pourrait entraîner de l’insécurité et de la confusion. Les communes sont toutefois libres de fournir ces renseignements sur demande aux personnes qui le souhaitent.

Non, ce n'est pas prévu : le calcul de la planification des abris se fonde sur la population résidente permanente (séjournant plus d’un an dans le pays). En cas d’événement, on essayerait bien sûr d’héberger toutes les personnes en quête de protection. Aujourd’hui, toute la population dispose en principe de places protégées mais il existe des différences d’un canton à l’autre et des déficits locaux. Certaines régions, notamment parmi les destinations touristiques, bénéficient d’un taux de couverture de plus de 100 %. De plus, en cas de conflit armé, toutes les personnes prévues par la planification d’attribution n’occuperont pas nécessairement l’abri car certaines d’entre elles seront absentes à ce moment-là.

Les propriétaires d’abris privés effectuent en principe des travaux d’entretien simples, par exemple le nettoyage de l’abri et de la sortie de secours. Ils n’ont pas le droit d’effectuer eux-mêmes la maintenance des installations techniques. 

Les propriétaires d’abris, qu’il s’agisse d’abris situés dans des maisons individuelles ou des immeubles d’habitation, sont tenus de stocker sur place, au sec et au propre, les lits et les toilettes sèches destinés à l’abri. Lors de la construction de l’abri, son équipement est organisé par le maître d’ouvrage ou la commune. Le responsable de l’abri supporte les coûts des lits et des toilettes sèches.

Dans les grands abris gérés par les communes, les équipements sont stockés sur place ou dans un autre lieu approprié. Le lieu de stockage doit être indiqué dans l'abri.

L'équipement doit être stocké sur place. Si ce n’est pas le cas, l’endroit où il est entreposé doit être indiqué. Dans certains cantons, les abris construits avant 1987 n’ont pas été équipés de lits ni de toilettes sèches. Ils ne sont équipés qu’en cas de besoin. Les communes disposant de grands abris ont parfois fait l’acquisition de manière centralisée de toilettes sèches et de lits pour les petits abris et les stockent. Elles remettront ces équipements aux responsables de petits abris seulement si une protection renforcée de la population est ordonnée. En cas de manque d’équipement, nous recommandons de contacter la commune. 

Les abris sont en premier lieu conçus pour le cas d’un conflit armé. Ils peuvent également servir d’hébergements d’urgence dans le cadre d’autres scénarios (p. ex. lors d’un accident dans une centrale nucléaire ou d’un séisme). Les abris doivent protéger contre les effets des armes modernes, c’est-à-dire surtout contre la pénétration d’agents de combat NBC et les dommages collatéraux des armes conventionnelles.

Dans la vie courante, la plupart des abris sont utilisés à d’autres fins. Ils servent par exemple de cave, de local de bricolage ou de stockage ou sont utilisés pour des réunions de sociétés. En cas de nécessité, les abris peuvent être réaménagés rapidement pour servir à la protection de la population. La préparation des abris, c’est-à-dire les travaux de rangement et d’installation, doit être effectuée seulement sur ordre des autorités.

En cas de danger concret, les autorités transmettent l’alarme à la population au moyen de sirènes et émettent des consignes de comportement par radio et via Alertswiss.

Les abris sont conçus de telle sorte qu’ils permettent des séjours de courte durée ou des séjours prolongés (de quelques heures à plusieurs jours). La population devrait être en mesure de s’autoravitailler pendant plusieurs jours sans aide extérieure. Par conséquent, l’Office fédéral pour l’approvisionnement économique du pays (OFAE) conseille de constituer des provisions domestiques pour environ une semaine. Celles-ci comprennent en premier lieu des denrées pouvant être stockées et 9 litres d’eau par personne, auxquelles s’ajoutent les médicaments essentiels. Au-delà de cette période et dans des cas particuliers, les autorités peuvent distribuer des denrées alimentaires, de l’eau et d’autres biens de base, par exemple avec le soutien de la protection civile.

Pour savoir comment recevoir la radio dans un abri, cliquez ici.

L’objectif est de mettre à disposition des places protégées pour l’ensemble de la population. Les abris ne sont pas conçus pour accueillir les animaux domestiques. Il n’est toutefois pas exclu de pouvoir emporter un animal domestique dans un abri dans certains cas, suivant la taille et l’occupation de l’abri. 

Oui. En principe, la population devrait être en mesure de se nourrir pendant plusieurs jours sans aide extérieure, aussi en cas d’occupation d’un abri. L’Office fédéral pour l’approvisionnement économique du pays (OFAE) conseille de constituer des provisions domestiques comprenant en premier lieu des denrées alimentaires non périssables pour une semaine et 9 litres d’eau par personne. Sans oublier les médicaments essentiels. Au-delà de cette période et dans des cas particuliers, les autorités peuvent distribuer de la nourriture, de l’eau et d’autres biens essentiels, par exemple avec le soutien de la protection civile.

Non, il est interdit de cuisiner avec des réchauds à alcool ou à gaz dans les abris en raison du risque d’incendie et de la consommation supplémentaire d’oxygène.

En Suisse, le principe « Une place protégée par habitant » s’applique: quelque 365 000 abris privés et publics disposent d’environ 9 millions de places protégées. Cela représente un taux de couverture de plus de 100 %, compte tenu de différences d’un canton, d’une région et d’une localité à l’autre.


Office fédéral de la protection de la population OFPP Analyse des risques et coordination de la recherche
Guisanplatz 1B
CH-3003 Berne

E-Mail

Office fédéral de la protection de la population OFPP

Analyse des risques et coordination de la recherche
Guisanplatz 1B
CH-3003 Berne