Le Conseil fédéral veut réaliser un système électronique coordonné de suivi de la situation en cas de catastrophe et d’urgence

Berne, 15.08.2018 – Lors d’une catastrophe ou d’une situation d’urgence, tous les acteurs œuvrant à la protection de la population doivent pouvoir disposer des mêmes informations concernant l’état de la situation. Le Conseil fédéral a donc décidé, dans sa séance du 15 août 2018, de donner suite à un projet de système électronique coordonné de suivi de la situation uniformisé. Il veut ainsi remédier à une faiblesse du dispositif de gestion de crise. Le projet sera intégré au message concernant le crédit d’ensemble pour le système national d’échange de données sécurisé.

En cas de panne de courant à grande échelle, de tremblement de terre important, d’inondations ou d’attaque terroriste, il est essentiel que tous les acteurs, à commencer par les organes de conduite cantonaux, les centrales d’intervention des polices cantonales, les entreprises en charge d’infrastructures critiques et les services spécialisés de la Confédération, aient accès aux mêmes informations sur l’état de la situation. Les systèmes électroniques – dont, par ailleurs, seules certaines organisations disposent – ne sont aujourd’hui pas ou pas suffisamment mis en réseau.

Nécessité d’échanger les données

C’est pour cette raison que le Conseil fédéral souhaite réaliser un système électronique coordonné de suivi de la situation. Il s’agit de permettre l’échange de données entre différents systèmes électroniques qui s’appuient notamment sur des dispositifs d’information géographique. Ainsi, les divers acteurs pourront avoir un accès simple et rapide aux informations dont ils ont besoin pour mener leur intervention.

Lors de la consultation concernant le rapport sur l’avenir des systèmes d’alarme et de télécommunication de la protection de la population, une majorité de 18 cantons a défini comme prioritaire le projet de suivi commun et coordonné de la situation. De plus, les exercices de grande envergure, tels que l’exercice du réseau national de sécurité 2014 (ERNS 14) ou l’exercice de conduite stratégique 2017 (ECS 17), ont montré le besoin de disposer d’un système électronique sécurisé.

Potentiel de synergies

La création d’un système coordonné de suivi de la situation présente un grand potentiel de synergies pouvant être exploitées dans le cadre du projet de remplacement du système de transmission de données Vulpus : dans les deux cas, il s’agit d’échange de données. Pour le premier, on parle d’un volume important d’informations provenant de différentes sources de présentation électronique de la situation, alors que pour le second, qui est un système obsolète sur le plan technique, l’échange concerne de simples messages textes. Les utilisateurs du système Vulpus vont aussi recourir au système coordonné de suivi de la situation. Par ailleurs, les deux applications doivent se fonder sur le réseau de données sécurisé qui offre également une protection contre les pannes d’électricité et les cyberattaques.

Le Conseil fédéral a chargé le DDPS de réaliser le système électronique coordonné de suivi de la situation dans le cadre du remplacement du système de transmission de données Vulpus et d’intégrer ce projet au message concernant le crédit d’ensemble pour le système national d’échange de données sécurisé. Le DDPS doit remettre le message au Conseil fédéral d’ici la fin de l’année ; ce document devra notamment comprendre des données détaillées concernant les ressources nécessaires. Les différents services de l’administration fédérale ainsi que les cantons doivent être associés à ces travaux réalisés sous la direction de l’Office fédéral de la protection de la population.

Adresse pour l'envoi de questions

Lorenz Frischknecht
Porte-parole DDPS
+41 58 484 26 17

Editeur